Pléiades

Lancé en décembre 2011, Pléiades est un système d'imagerie spatiale à très haute résolution, capable de fournir des clichés de n’importe quel point du globe en moins de 24h. Constitué de deux satellites placés sur la même orbite, ce dispositif fournit des photographies aux acteurs civils et militaires.

Observer et cartographier la surface de la Terre avec une résolution de 70 cm seulement, telle est la prouesse quotidiennement réalisée par Pléiades depuis décembre 2011.

Constitué des satellites Pléiades 1A et Pléiades 1B, ce système d'imagerie spatiale vient compléter la capacité d’observation des satellites Spot, qui balaient un champ géographique plus large que Pléiades, mais au prix d'une résolution spatiale moins fine.

Cerise sur le gâteau : Pléiades 1A et 1B étant situés sur la même orbite, il est possible d'obtenir une image de n'importe quel point de la planète en moins de 24 heures. Les clichés acquis sont utilisés à des fins tout à la fois civiles et militaires : il peut ainsi s’agir de suivre l’expansion des grands centres urbains, de surveiller l’activité des grands volcans de la planète ou d’aider à l’élaboration des tracés routiers et ferrés. Mais ces photographies peuvent aussi servir à localiser les installations militaires de pays adverses afin de planifier une intervention armée.

L’atout maître du dispositif Pléiades ? Un instrument optique doté d’un détecteur extrêmement sensible. Résultat : une réduction du temps d’exposition nécessaire à la production de chaque cliché, permettant d'obtenir un plus grand nombre d'images par jour (500 images par jour et par satellite).

Maître d'oeuvre de l'ensemble du système Pléiades, le CNES a confié la maîtrise d'oeuvre des satellites à Airbus Defence & Space (ex EADS Astrium Satellites), et la réalisation de l’instrument d’optique à Thales Alenia Space. Au niveau européen, le programme Pléiades a bénéficié de la coopération de la Suède, la Belgique, l'Espagne et l'Autriche, qui ont participé à la fabrication des satellites.

À l'origine, Pléiades a été développé dans le cadre du programme franco-italien Orféo (Optical and Radar Federated Earth Observation), un dispositif d'observation spatiale dont Pléiades (France) est la composante optique, et Cosmo-Skymed (Italie) la composante radar.