17 Décembre 2021

[Observation de la Terre] Satellites Pléiades : 10 ans déjà !

Notre 1er satellite Pléiades a été mis en orbite le 17/12/2011 par une fusée Soyouz depuis notre Centre spatial guyanais (CSG). Il sera rejoint un an plus tard par un 2e exemplaire identique, Pléiades 1B. Le système a livré, depuis, 2,5 millions d’images de la planète avec une résolution de 50 cm. Et ce n’est pas fini puisque 2 nouveaux satellites Pléiades Neo les ont rejoints en 2021, avec une résolution cette fois-ci, de 30 cm.

Plus de 1000 images par jour de la Terre

Il y a tout juste 10 ans, le 17/12/2021, notre satellite Pléiades 1A prenait le chemin des étoiles à bord d’une fusée Soyouz depuis notre Centre spatial guyanais (CSG). Il était rejoint un an plus tard par un 2e satellite identique, Pléiades 1B. Les images Pléiades sont reconnaissables notamment parce que les satellites sont capables de se désaxer. On obtient ainsi des clichés avec des ombres portées, par exemple, assez inhabituelles et riches de renseignements. Autre caractéristique : les 2 satellites étant en opposition sur la même orbite (694 km, héliosynchrone), il est possible d'obtenir une image de n'importe quel point de la planète en moins de 24 h. Mais le point fort de Pléiades, c’est son détecteur extrêmement sensible qui permet à chaque satellite d’enregistrer jusqu’à 500 images par jour de la Terre.

Le Mont Saint-Michel par l’un des 2 satellites Pléiades. Crédits : CNES.

Les 2 satellites Pléiades sont en orbite autour de la Terre à 694 km d'altitude. Crédits : CNES.

10 ans de Pléaides en chiffres

  •  20 000 plans de prise de vue envoyés par le CNES de Toulouse aux satellites
  • 1 650 millions de km² d’images de la Terre enregistrés

Civil et Défense

Programme dual (Civil et Défense) mené par le CNES, Pléiades est le résultat d’une coopération historique entre le CNES, les industriels européens et la Défense française. L’aventure a commencé il y a plus de 35 ans avec le lancement du satellite SPOT 1, 1er d’une longue série : SPOT 1 à 7, Pléiades et CSO.

Une relève assurée

Aujourd’hui, cette industrie est dans le peloton de tête au niveau mondial. L’observation de la Terre reste stratégique, mais a pris depuis plusieurs années une dimension commerciale, la famille Pléiades Neo, s’inscrit dans cette continuité. Elle se composera de 4 satellites en 2022, 2 satellites étant déjà en orbite. 

[...] une résolution 2 fois meilleure avec 30 cm

« Les satellites Pléiades Neo, lancés en 2021, héritent de la technologie des satellites Pléiades lancés par le CNES. Ils ont aussi une capacité d’acquisition et une agilité exceptionnelles, une résolution 2 fois meilleure avec 30 cm, explique Nathalie Brancherie, chef de projet Exploitation Pléiades au CNES. La suite ? C’est la constellation d’Observation de la Terre en 3D, CO3D, dont les 4 satellites seront lancés à nouveau depuis le Centre Spatial Guyanais en 2023 ». CO3D ouvre une nouvelle voie de coopération entre le CNES et les industriels permettant à la filière française d’observation de la Terre de se lancer dans le New Space.

À compter de 2023, la constellation CO3D, composée de 4 satellites identiques et dans la continuité de Pléiades, permettra de fournir des images de résolution submétrique à vocation de couverture mondiale. Crédits : Airbus Defence and Space.

Satellite Pléiades Neo. Crédits : Airbus Defence and Space.

La Charte internationale Espace et catastrophes majeures

La Charte internationale Espace et catastrophes majeures, créée en novembre 2000 par l’ESA et le CNES, a pour objectif de fournir des images satellites afin d’aider et de soutenir les efforts humanitaires lors de situations d’urgences causées par des catastrophes naturelles ou industrielles. Ce service est disponible 24/24h et 7/7 jours, gratuitement. Les satellites Pléiades font partie de la flotte officielle de la Charte : 40% des cartes réalisées pour venir en aide aux pays sinistrés ont été obtenues grâce aux images des satellites Pléiades.

Publié dans :